Délinquance et minorités. Une étude auprès des jeunes. [ 01/26/2011 ]

[ 01/26/2011 ]

Résumé des résultats d’une étude. Il y a un besoin de connaître la délinquance des jeunes d’origine étrangère en France car le débat politique ne peut se priver des chiffres et notions indispensables. Une enquête de délinquance auto-déclarée menée en 1999 chez les 13-19 ans à partir des établissements scolaires de 30 communes de 2 grandes agglomérations françaises vérifie que: 68% des délits peu graves sont commis par des adolescents dont un parent ou les deux sont nés en France; 32% des actes peu graves sont commis par des personnes dont les deux parents sont nés hors de France. Pour les actes graves, les adolescents dont un ou deux parents sont nés en France ne commettent plus que 54% de ces délits, et les jeunes dont les deux parents sont nés hors de France pèsent 46% du total, et les adolescents d’origine magh- rébine 30%. Les jeunes d’origine étrangère ne sont pas l’objet d’un contrôle policier plus fort dès lors qu’on contrôle le nombre de délits commis. Les facteurs de la surdélinquance des jeunes d’origine étrangère sont liés aux origines socio-économiques, aux difficultés scolaires, à la supervision des parents et à une perception négative de l’autorité policière. La taille de la fratrie n’est pas en cause, mais le nombre de pairs ayant eu affaire à la poli- ce joue un rôle significatif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s