Enquête police dans les médias: LE POINT avec AFP. [ 12/15/2013 ]

[ 12/15/2013 ]

Jeunes et police : la grande méfiance
Le Point.fr – Publié le 13/12/2013 à 17:22 – Modifié le 13/12/2013 à 17:41. Source: AFP
Plus de 4 adolescents sur 10 estiment qu’on ne peut pas avoir confiance en la police, et 40 % d’entre eux la jugent « raciste » et « agressive ».

L’étude « Polis-autorité », qui porte sur un échantillon d’un peu plus de 13 500 adolescents âgés de 13 à 18 ans et scolarisés dans les agglomérations grenobloise et lyonnaise, révèle la grande défiance des adolescents vis-à-vis des forces de l’ordre. Près de 43 % des adolescents interrogés pour cette étude, consultée vendredi, estiment qu’on ne peut pas avoir confiance dans la police. Un tiers des participants (33 %) assure que, même en cas de problème grave, ils n’iraient pas en parler à la police. « Ceci est un des indicateurs de la confiance placée dans les forces de police », soulignent dans leur rapport Sandrine Astor, chercheuse à Sciences-Po Grenoble, et Sebastian Roché, directeur de recherches au CNRS.

Lorsque des jeunes et des policiers s’affrontent, 57 % des adolescents ne se sentent pas du côté de la police. « Avoir la moitié d’une classe d’âge plutôt réservée, voire hostile, en cas de confrontation est un défi important », affirment les chercheurs dans leur rapport destiné à l’Éducation nationale. L’obéissance à la police n’est pas automatique pour un gros tiers de l’échantillon. Chez les adolescents, 15 % trouvent que jeter des pierres sur une voiture de police peut se justifier (souvent ou toujours). Et moins d’un adolescent sur 5 (17 %) déclare qu’en cas d’émeutes contre la police, il y participerait.

Sur les contrôles, 40 % des adolescents déclarent que les policiers ou les gendarmes font souvent ou très souvent des contrôles abusifs. Une grande part des participants (66 %) pense que les forces de l’ordre expliquent rarement ou jamais bien le pourquoi de ce qu’ils sont en train de faire. Près de 40 % des jeunes considèrent qu’elles deviennent souvent agressives quand quelque chose ne leur plaît pas. De plus, près de 40 % des adolescents considèrent que les forces de l’ordre « sont racistes ».

« La légitimité est profondément affectée dans les familles marquées par des relations conflictuelles. Les élèves des sections professionnelles et spécifiques se démarquent une nouvelle fois par la faible légitimité qu’ils accordent à la police », constatent les chercheurs. « Ces résultats mettent en lumière le fait que ces élèves cumulent un ensemble de déterminants qui influencent directement leurs perceptions. Le cadre de vie apparaît comme l’élément le plus discriminant », observent-ils.

Comparés aux élèves des quartiers les plus calmes, les élèves les plus hostiles sont en proportion dix fois plus nombreux quand ils observent de multiples nuisances dans leur quartier. Les inégalités de traitement sont d’ailleurs plus souvent dénoncées par les jeunes des foyers modestes, évoluant dans un cadre familial fragilisé (un seul ou aucun parent). L’environnement physique, le fait de vivre dans un quartier dégradé, une cité ou un HLM, conduit à souligner davantage des inégalités de traitement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s