Enquête POLIS dans « Club prévention et sécurité de la Gazette » : Quatre adolescents sur dix ne font pas confiance à la police. [ 12/17/2013 ]

[ 12/17/2013 ]

Cet article est tiré du Club prévention sécurité de la Gazette: http://www.lagazettedescommunes.com/212195/
Le Club prévention sécurité est une nouvelle offre éditoriale de la Gazette, entièrement dédiée aux professionnels de la prévention de la délinquance. Il s’agit d’une offre payante qui présente notamment un fil d’actualités, une veille juridique quotidienne et des bonnes pratiques

Dans un contexte marqué par des tensions croissantes entre jeunes et policiers, une enquête remise en octobre 2013 au ministère de l’Education et publiée début décembre estime que quatre adolescents sur dix ne feraient pas confiance à la police, qu’ils jugeraient par ailleurs raciste. Elle présente également un intérêt en matière de prévention de la délinquance, à travers une réflexion sur la socialisation des jeunes adolescents et leur contexte de vie.

Une note du Conseil national des villes alertait récemment sur la dégradation des relations et l’incompréhension mutuelle entre policiers et habitants des banlieues. Travaillant pour sa part sur la méfiance entre les jeunes dans leur globalité et les forces de l’ordre, l’étude « POLIS-autorité » de Sébastian Roché et Sandrine Astor témoigne d’un phénomène qui ne serait pas seulement circonscrit aux banlieues.

Alors qu’aucun indicateur de confiance n’existe aujourd’hui, l’étude révèle que 43% des adolescents participants à l’étude estiment ne pas « pouvoir faire confiance dans la police » et un tiers qu’ils n’alerteraient pas la police même en cas de problèmes graves.
Pire : plus de la moitié (57%) des 13-17 ans ne se sentiraient pas du côté de la police en cas de confrontation avec des jeunes, tandis que plus d’un tiers estiment que l’obéissance à la police n’est pas automatique. 15% des jeunes interrogés trouvent que « jeter des pierres sur une voiture de police peut se justifier, souvent ou toujours. »
Alors que deux tiers de cette classe d’âge estiment que les forces de l’ordre n’expliquent pas suffisamment le pourquoi de leurs actions, 49% pensent que la police ne protège pas les jeunes et les minorités, et défend mal ses valeurs. 40% des adolescents jugent que policiers et gendarmes sont souvent auteurs de contrôles abusifs, autant les considèrent « racistes » et agressifs quand quelque chose ne leur plaît pas, et 35% les accusent même d’être violents avec les jeunes. Au final, seulement 15% déclarent envisager devenir policiers eux-mêmes.
Sans équivoque possible, ce premier volet de l’étude « Polis-autorité » confirme la défiance des adolescents envers les forces de l’ordre. Une deuxième partie en cours de finalisation, alimentée par 500 heures d’observation d’enquêteurs embarqués avec des unités d’intervention, ferait un constat à priori semblable.

Nouvelles pistes sur la prévention – Alors que le gouvernement (49%) est l’institution qui inspire le moins confiance, devant la police mais aussi la gendarmerie, le maire et la justice (32 à 33%), les pompiers (6%) sont les seuls à obtenir la clémence des jeunes.

L’étude va cependant bien plus loin que mesurer les attitudes des jeunes vis-à-vis de l’autorité en général, puisqu’elle établit également des corrélations entre zones d’habitat, situation familiale, contrôle parental, bien-être à l’école, résultats scolaires, opinions sur la police et passage à l’acte délinquant. Elle dresse également le portrait général des jeunes sondés et leur « carte de visite » délinquante.
Objectif : nourrir la réflexion en matière de prévention de la délinquance ou d’animation en milieu scolaire.

Les familles où les relations sont généralement très bonnes sont aussi celles où l’épanouissement à l’école est élevé et qui exercent une plus forte supervision sur la gestion du temps libre de leur enfant.
L’intensité du contrôle parental réduit la probabilité qu’un délit portant atteinte à autrui (vols, agressions) soit perpétré par leur enfant.
Alors que 20% des sondés indiquent ne pas se sentir bien à l’école, les auteurs soulignent que le bien-être à l’école est corrélé à la réussite scolaire. Inversement, les élèves les plus fragiles sur le plan scolaire sont aussi les plus enclins à passer du temps à l’extérieur, notamment le soir, et sont davantage concernés par la délinquance.
La dégradation des relations familiales est plus marquée chez les jeunes des filières professionnelles ou spécifiques. Leurs parents semblent nettement moins investis dans le contrôle des sorties, et ces élèves se distinguent par la très faible légitimité qu’ils accordent à la police.

— encadré—
Police et banlieues, le grand désamour continue
Si le divorce entre forces de l’ordre et jeunes adolescents semble donc partagé bien au-delà des banlieues dites sensibles, la méfiance y reste néanmoins supérieure : « la proportion des jeunes confiants est divisée par deux quand on passe d’un quartier tranquille à un quartier très dégradé » indiquent les auteurs, ce qui représente plusieurs milliers de jeunes hostiles à la police.

Banlieues sur-contrôlées – Alors que moins de la moitié des jeunes interrogés ont déjà été confrontés à un policier dont seul un quart dans le cadre d’un contrôle, les auteurs de l’étude rappellent que les jeunes issus des milieux populaires sont « deux fois plus souvent » concernés : 47% des jeunes « qui passent très souvent leur temps libre au bas des immeubles » ont fait l’objet d’un contrôle sur la voie publique.

Une précédente étude de Sébastian Roché , réalisée dans le cadre du projet Euro-Justis, fournissait déjà deux principales pistes (1) susceptibles d’expliquer les émeutes et autres violences urbaines dans les banlieues.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s