Grenoble: le signe d’une tendance inquiétante? [ 10/02/2012 ]

[ 10/02/2012 ]

Après les deux homicides perpétrés à Grenoble, les responsables politiques sont intervenus. Le Président a dit «  »tout est fait pour retrouver les auteurs de ces crimes odieux ». « Une fois appréhendés, ils seront traduits devant la justice pour recevoir la condamnation qu’ils méritent » et le ministre de l’Intérieur a précisé: « Il y aura des zones de sécurité prioritaires, elle concerneront évidemment ces quartiers, pour mieux coordonner le travail des forces de l’ordre, pour mobiliser l’ensemble des acteurs ». Les dirigeants se déplacement pour marquer physiquement la présence du pouvoir dans l’espace qui est sous leur autorité. Une technique ancienne, pratiquée par les rois de France, et à laquelle on ne trouve guère d’alternative.
Concernant les homicides, par définition terribles, on notera que l’Europe est une terre qui n’en est pas immunisée, mais qu’elle est comparativement préservée. Les taux d’homicide oscillent entre 1 et 2 pour 100 000 personnes et par an, depuis 50 ans, et sont aujourd’hui proche de leur étiage (1 pour 100 000). Comparativement aux autres régions du monde, l’Europe est avec le Japon et l’Australie (plus le Canada), celle où ils sont les plus rares. Il sont 4 à 5 fois plus fréquents aux Etats-Unis, 8 fois plus en Russie et en Amérique Latine dans plusieurs pays ils s’approchent de ceux que l’Europe connaissait au Moyen-Age. En effet, depuis 1000 ans, on est passé en Europe de taux de 50 à 1 ou 2 pour 100 000. Par rapport aux années antérieures, depuis 20 ans, ils ont décliné de moitié. La gravité des événements de Grenoble, mais aussi d’ailleurs puisque ces taux limités correspondent à un total de 700 à 1200 homicides suivant les années, soit plus d’un par jour, n’en est pas moins réelle.
Le Président se déplace et le ministre de l’Intérieur également. La logique symbolique de l’exercice du pouvoir l’exige. Mais, qu’est-ce qu’ils peuvent faire pour modifier les taux d’homicide. Il est assez douteux que leurs variations soient liées au travail des policiers judiciaires. En effet, les homicides sont bien élucidés en France, dans 8,5 cas sur 10 les auteurs sont retrouvés. Et, jugés, ils seront condamnés. 85%, c’est une certitude d’être sanctionné forte, plus forte que pour tout autre crime ou délit. Nous ne connaissons pas le problème d’une impunité des auteurs de meurtre tels qu’ils ont pu se poser aux USA dans les années 80 par exemple. Le lien entre nombre de policiers et fréquence des homicides n’est pas démontré. Pour mémoire, en France c’est au milieu du XVIIIeme siècle que les taux d’homicides étaient historiquement les plus bas. A une époque où il n’y avait pas de police professionnelle, et seulement « un peu » d’Etat central. Revenons au présent. Il est assez douteux que la PJ puisse « mieux faire » que 85%. Et, même si c’était le cas, qu’on gagne quelques points de pourcentage, on voit mal comment cela permettrait de prévenir ce qui s’est passé à Grenoble. Un groupe de personnes qui se déchaînent et agissent en meute ne raisonne pas, n’anticipe pas la sanction judiciaire (car s’ils l’avaient fait, ils se seraient abstenus).
Mais alors, qu’est-ce qu’on peut faire ? Je ne pense pas que les responsables ou experts honnêtes sachent répondre à cette question. A la Villeneuve de Grenoble, qui est loin de l’archétype du quartier enclavé, sans commerce et sans transport, on est dans le contexte des quartiers qui concentrent des populations précarisées, peu diplômées, aux marges de l’école et du marché du travail. On observe que ces conditions favorisent la constitution de bandes de jeunes qui se socialisent à une culture de la rue, dans laquelle la violence physique tient une place importante: il faut savoir se faire respecter et inspirer la crainte car la réputation est finalement la seule chose qui définisse l’individu. Or, la police pas plus que la justice n’a pas de prise sur le taux de chômage ou la formation des bandes.
On peut espérer une progression de la « civilisation des moeurs, mais il s’agit là d’une tendance de long terme. Et qui renvoie au fonctionnement général de la société, à une évolution des mentalités. Ce genre de choses est inaccessible à la décision politique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s