La police aurait-elle pu anticiper un drame ? Une question de fond sur l’orientation de la police à l’occasion d’un fait divers. [ 03/08/2010 ]

[ 03/08/2010 ]

La police aurait-elle pu anticiper le drame? Aurait-elle du pouvoir anticiper un meurtre. La question est passée presque inaperçue dans la presse (pas totalement cependant), et aussi dans l’opposition. Il s’agit pourtant d’un point essentiel. En Grande-Bretagne, le défaut de secours porté à un citoyen est considéré comme un manquement grave qui menace la mission de sécurité publique confiée aux police. Les faits en France: a mère d’Ibrahima un enfant disparé a été retrouvée morte mardi à son domicile de Fontenay-sous-Bois. Selon la presse, elle aurait plusieurs fois signalé à la police qu’elle recevait des menaces de mort de son ancien compagnon et père de son enfant. C’est ce qu’a apporté Europe 1 jeudi et qui a été repris par le JDD. « Depuis six mois, Tania se rendait systématiquement chaque semaine (…) au commissariat pour les prévenir des menaces qu’elle subissait » de la part de son ex-concubin, a raconté à la station l’avocate de la famille, Me Robin. Et d’ajouter que « c’était d’ailleurs une de ses seules sorties de chez elle, tellement elle était terrorisée ». Selon ses dires, les menaces de l’ancien compagnon de Tania étaient très explicites: « Je vais te tuer », lui aurait-il lancé. La ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, a demandé jeudiau procureur général de Paris une enquête sur « la prise en charge et le suivi des mesures de contrôle ordonnées à l’encontre de Mahamadou Doucouré », a fait savoir un porte-parole du ministère. Mais les avertissements de la jeune femme à la police n’ont jamais été vraiment pris au sérieux, estime son avocate. « On l’entendait à peine », a-t-elle dit. « Il a fallu qu’elle se rende plusieurs fois au commissariat avant qu’on accepte de prendre sa plainte », dénonce encore son avocate. La victime, âgée de 26 ans, « est même jusqu’à aller appeler le contrôleur judiciaire pour lui faire part du fait que [son ex-compagnon] ne respectait pas » l’interdiction figurant dans les conditions de son contrôle judiciaire: à savoir, ne pas entrer en contact avec Tania.
Revenons sur l’analyse. Si l’on oriente la police à partir de la lecture des taux d’élucidations, on comprend qu’un pays dans lequel il y a des meurtres élucidés est un pays où la police est … efficace (sic). Evidemment, il vaut mieux avoir élucidé des crimes que de ne pas l’avoir fait. Mais, à confondre les moyens est les fins on peut se prendre les pieds dans le tapis. Un pays sûr est un pays où la police agit pour PREVENIR les délits, y compris les meurtres. On comprend ici que la meilleure des prévention n’est pas la répression. Le fait de bien élucider les crimes ne dissuade pas les meurtriers. Mais le fait d’écouter les victimes et d’être orienté vers la prévention peut permettre d’agir avant qu’il soit trop tard. Cela suppose d’anticiper. ANTICIPER et non seulement réagir est essentiel. C’est un des éléments du coeur de doctrine de la police de proximité. La PROTECTION est un élément important de l’action de la police et de la vision qui devrait la guider. Porter secours et assistance devrait figurer au fronton des hotels de police. La police réprime les crimes, c’est indiscutablement un de ses rôles. Mais ce n’est pas le seul. Protéger en est un autre, tout aussi essentiel. L’actualité nous le rappelle. Sebastian Roché. CNRS. Université de Grenoble. Institut d’Etudes Politiques

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s