Les émeutes sont elles une spécialité française ? [ 08/27/2012 ]

[ 08/27/2012 ]

Le Figaro, propos recueillis par Angélique NEGRONI (une version abrégée de cette interview a été publiée le 17 août 2012 à la suite des violences qui se sont produites à Amiens).

D’autres pays sont concernés par ces formes de violences comme la Grande-Bretagne l’an passé, mais notre pays est dans ce domaine champion d’Europe. Les émeutes y sont plus fréquentes, durent plus longtemps et prennent parfois une ampleur nationale. Ce fut le cas lors des émeutes de 2005 à Clichy-sous-Bois. Elles avaient duré près d’un mois et s’étaient répandues sur toute la France, touchant d’autres cités sensibles. Un phénomène sans équivalent aujourd’hui en Europe. Notre voisin allemand par exemple n’est pas concerné par ces poussées de violence. Une étude importante portant sur la France et l’Allemagne est en cours et permettra de donner un éclairage sur les raisons de pareilles différences entre nos deux pays. Chez nous, les toutes premières émeutes sont apparues au début des années 1980 avec ce qu’on appelait les rodéos, les courses-poursuites entre jeunes et forces de l’ordre. Depuis elles ponctuent régulièrement la vie des cités.
Selon vous que faut il pour améliorer la situation ?

Au lendemain des violentes émeutes survenues dans notre pays comme celles de 2005, il n’y a pas eu d’analyses pour comprendre les raisons de ces embrasements et en tirer les leçons. Il n’y a donc pas de doctrine permettant de déployer une stratégie de police dans nos banlieues. Les policiers qui y travaillent ne sont pas suffisamment formés à la prise en compte du contexte social mais aussi culturel et peuvent commettre des erreurs qui, en cas de tensions, peuvent mettre le feu aux poudres. Il y a des comportements qui auraient pu être évités s’il y avait, comme dans les entreprises, une sorte de manuel de gestion de crise.

Avez-vous un exemple ?
Les émeutes de 2005 ont démarré après la mort deux jeunes qui, poursuivis par la police, s’étaient réfugiés dans un transformateur EDF. Les représentants de l’État avaient aussitôt exonéré la police de toute responsabilité ce qui, à mon sens, a été une erreur de communication et qui a contribué à l’explosion de violence. Il aurait plutôt fallu indiquer qu’on allait chercher à comprendre les raisons du drame et aussi adresser de sincères condoléances aux familles. A ce jour, il n’y a pas de réflexion pour éviter l’émeute. On y fait face à chaque fois et les politiques courent toujours après l’événement.

Mais ne faut-il pas aussi penser à améliorer le comportement de ces jeunes qui brûlent des établissements publics ?
Ces derniers, c’est très clair, sont pénalement responsables et doivent répondre de leurs actes. Or malgré des peines de plus en plus lourdes qui leur sont infligées, la situation ne s’améliore guère. L’approche pénale ne suffit pas.

Les méthodes policières, pour contenir les violences, ont elles évolué ?
Au tout début, les forces de l’ordre s’inspiraient des méthodes utilisées lors des manifestations de rue destinées à disperser la foule. Transposant cette technique dans la cité, les policiers évacuaient la zone où se trouvaient les fauteurs de trouble. Une procédé ensuite abandonné. Puis en 2005, avant les fameuses émeutes des instructions ont été données pour que l’on mène une double mission. Pendant que des unités spécialisées sécurisaient les lieux, la police judiciaire intervenait en parallèle pour préparer les interpellations. Une double activité compliquée à mener. Ainsi, la sécurité publique qui devait maintenir l’ordre se trouvait en même temps obligée de protéger les collègues chargés d’appréhender les émeutiers ou de rassembler des preuves. Depuis, il n’y pas eu d’autres consignes mais les pratiques policières locales peuvent évoluer. Indiquons aussi que les CRS, ont été réorganisées. Les unités qui étaient avant importantes sont depuis devenues plus petites afin d’être plus mobiles et plus réactives.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s