Police, Gendarmerie: rationalisation et privatisation de la sécurité [ 07/14/2008 ]

[ 07/14/2008 ]

Comment interpréter le mouvement de rationalisation qui touche la police et la gendarmerie en France? La première hypothèse est qu’en s’orientant vers une seule force, on va économiser des ressources. La seconde hypothèse est qu’il s’agit d’un pas de plus vers la privatisation.

Reprenons le raisonement. Je disais que la première hypothèse est qu’en s’orientant vers une seule force, et en dépit des risques que cela comprend, on va économiser des ressources. En effet, on peut utiliser les mêmes logiciels, les mêmes armes, les mêmes tenues etc… et donc faire des économies d’échelles si on fusionne police et gendarmerie (dans le respect de leur différence sera l’expression utilisée pour faire avaler la pilule, mais moins il y aura de différence moins il y aura de raisons de la respecter). Cet argument a bien sûr un fondement. Mais, il reste que le coût des forces de police est estimé indépendemment du service qui est rendu avec une telle approche. Qui peut montrer que le système marchera mieux une fois l’unification réalisée? Qui l’a fait? A ma connaissance personne. Surtout, les coûts cachés d’une telle option ne me semble pas pris en considération. Ainsi on construit un gros monolite de 250 000 agents au moment où l’on se plaint d’avoir à gérer de trop gros blocs de fonctionnaires (comme dans l’éducation nationale) qui sont rigides et difficiles à réformer. Ne se prépare-t-on pas à moins de flexibilité avec un tel choix? Surtout un autre coût caché sera la moindre innovation: plus un système est monopolistique et monolithique, moins il a de raisons de s’adapter à son environnement. Un tel système est très peu innovant et très sensible aux crises. Il apprend mal.
Enfin, il reste que vouloir rendre les statuts des policiers et gendarmes plus comparables est une bonne chose. Mais, qui peut dire quelle est la valeur économique de travailler dans des petites unités dans les campagnes. On le voit très bien avec les médecins: ils ne veulent plus s’installer à la campagne à cause du moindre accès à la vie sociale et culturelle que cela impose. Combien vaut ce renoncement lié à la géographie d’implantation des gendarmes? Qui va le chiffrer? Comment l’intégrer? Les problèmes sont loins d’êetre résolus.
La première hypothèse est, malgré cela, la plus positive. La seconde hypothèse est qu’une fois entammée la rationalisation sur une base économique, elle devra se poursuivre. Et que les entreprises de sécurité sont plus compétitives et seront donc choisies par les gouvernements actuels et à venir pour délivrer les services utiles. En effet, le nombre des brigades de gendarmerie pourrait être divisé par deux selon des fuites répétées de Bercy (toujours démenties il est vrai). Le nombre des policiers et gendarmes ne va pas continuer à croître alors que les autres administrations doivent faire « ceinture » et qu’un départ sur deux ne sera pas remplacé. Tôt ou un peu plus tard, le couperet va tomber. Et, on aura d’autant moins besoin d’effectifs qu’on aura adopté une vision rationalisatrice. En effet, la meilleure capacité à calculer les coûts des policiers et gendarmes va incliner à choisir… le secteur privé. La liste des activités assurées par le privé ne cesse de croître, depuis les transports de fonds jusqu’aux gardes statiques, la sécurité des aéroports et bientôt les transports de détenus ou des étrangers reconduits à la frontière (voir brèves). Le service publique de la police se justifie par un égal accès des citoyens à un service de qualité et une polyvalence de réponse. L’option du privé se justife par celle du service le moins coûteux pour l’Etat, qui à réduire le prix de chaque agent (par une moindre formation, un moindre salaire, des conditions de travail plus pénibles), une moindre couverture du territoire et une privatisation par appartement de la sécurité publique s’inscrit dans cette dynamique. L’avenir nous dira ce que préparent les réformes actuelles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s