Profilage racial à Paris et à Montréal. Comment réagissent les autorités? [ 11/22/2009 ]

 [ 11/22/2009 ]

Lors de la réalisation d’une enquête sur le profilage racial à Paris il y a quelques mois, la préfecture a « réagi » aux résultats obtenus par les chercheurs français (étude de Jobard et Lévy pour la Open Society Foundation de Georges Soros). Contactée par le Monde après la publication de l’étude, la préfecture de police de Paris a fait part de son « intérêt » pour ces résultats. « L’étude peut apporter des enseignements, explique la commissaire Marie Lajus, porte-parole de la préfecture. Mais n’oublions pas que la pratique policière se fonde sur des paramètres empiriques incontournables, notamment l’apparence, l’âge, le sexe ou l’origine géographique. Le travail policier ne peut pas s’apparenter à un sondage où on chercherait à être représentatif de la population. Notre mission, c’est de prévenir des délits et des crimes, pas de représenter la société ». La préfecture de police ne s’offusque pas, n’a visiblement pas de doctrine établie à laquelle se référer, et n’annonce aucunement son désir d’en avoir une. Aucun spécialiste de ces questions n’est mobilisable sur le fond ou ne serait-ce que pour répondre à la presse. Circulez, il n’y a rien à voir. Sur un sujet aussi important, c’est un peu léger. Regardons comment réagit une force de police d’une autre grande métropole occidentale. Contacté par le Temps, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) reconnaît du bout des lèvres que ses patrouilleurs commettent parfois des gestes de profilage racial. Il s’agit d’un problème touchant «une minorité d’interventions» que le Service s’emploie à corriger. «Quand on parle de profilage, on parle de stéréotypes, de filtres qui peuvent opérer. Des fois, ce sont des gestes inconscients. C’est long avant d’arriver à 100 % [de succès]», affirme l’assistant directeur du SPVM, Denis Desroches, un spécialiste des questions de profilage. M. Desroches refuse de jeter le blâme sur les policiers. L’écrasante majorité des interventions se déroulent sans anicroche, précise-t-il. «C’est difficile pour les policiers, car on leur demande d’être exemplaires», dit-il. Dans une société cosmopolite comme Montréal, où un habitant sur deux revendique des origines autres que «de souche», les policiers affrontent des défis considérables. Leurs interventions prennent souvent la forme d’une interaction avec l’autre, l’étranger, dans un contexte tendu. «Le profilage racial, c’est à la limite du savoir-être et des compétences», affirme M. Desroches. Les apprentis policiers reçoivent déjà une formation sur la diversité au cégep. Selon M. Desroches, les programmes de techniques policières devront en faire plus à cet égard. De son côté, le SPVM a procédé à certains ajustements. Il prépare une mise à jour de son plan d’action sur les relations avec les citoyens, qui sera présenté en janvier. L’escouade Éclipse, chargée de réprimer les gangs de rue, ne fonctionne plus de la même façon depuis l’automne 2008. Les interventions de groupe étaient privilégiées par Éclipse lors de sa création, ce qui donnait l’impression d’un déploiement de force exagéré. Ces interventions de groupe ont cédé le pas à des interventions plus discrètes de deux à quatre policiers à la fois.
La comparaison est édifiante. Deux sociétés sont confrontées à un même mal. Deux polices réagissent différemment. L’une s’équipe de spécialiste, essaie d’établir une doctrine sur les questions de relations avec les citoyens. Et veut modifier ses pratiques. L’autre n’a pas de doctrine, pas de spécialiste et n’est pas loin de juger la situation normale. Choisissez le modèle qui vous semble le plus porteur à l’avenir de la paix sociale et de la bonne intégration de la police dans la société.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s