l’Etat panoptique

On ne sait plus de quoi il faut s’inquiéter le plus. Après une loi sur le renseignement qui marginalise les juges et le parlement dans le contrôle des services, des voix non négligeables laissent penser que la tendance à l’invasion de la vie privée n’est pas au bout de sa course. Le procureur de Paris F. Mollins co signe une tribune (dont Le Monde se fait l’écho) qui explique que les enquêteurs ont un droit d’accès aux données privées de suspects (et même au delà comme avec la LSR …) en vertu d’un « équilibre entre le droit à la vie privée des individus et le droit des populations à la sécurité ». On aimerait en savoir plus sur ce supposé équilibre valide dans des pays aussi différents que la France, les États-Unis l’Espagne et le RU… Et sur les tendances qui l’affectent. On virera à l’Etat panoptique si on n’arrête pas le mouvement. Les juges devraient le sentir. Mais les procureurs français sont -ils des juges? Cet « équilibre », affirment les magistrats, a été « fondamentalement renversé par deux entreprises de la Silicon Valley ». Et si les entreprises répondaient avant tout aux pouvoirs que les gouvernements accordent aux services de renseignement en rendant la surveillance de masse légale sans clarté dans la définition des motifs, des territoires et en l’élargissant au delà du suspect lui  même ? Ce ne serait pas le moindre paradoxe que de voir les mega firmes nous aider à défendre nos droits. Tant que cela les sert ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s