« Il faut aussi que la police s’interroge sur son propre comportement »

« Il faut aussi que la police s’interroge sur son propre comportement » selon le sociologue Sébastian Roché

Par franceinfo – Radio France

Mis à jour le 22/10/2016 | 10:59 – publié le 22/10/2016 | 09:29

La France vient de vivre une cinquième nuit de mobilisation des policiers, treize jours après l’agression de quatre de leurs collègues à Viry-Châtilllon (Essonne). Sur franceinfo samedi 22 octobre, Sébastian Roché, sociologue et directeur de recherche au CNRS a estimé qu’il « faut aussi que la police s’interroge sur son propre comportement ».
franceinfo : Comment expliquez-vous cette colère des policiers ?

Sébastian Roché : Le fait que les policiers soient attaqués (…) ça c’est la première chose. Et puis il y a aussi un contexte très particulier, qui est le contexte pré-électoral avec un gouvernement qui est faible. Monsieur Hollande est faible, la majorité est divisée (…) donc c’est le moment de revendiquer, de se faire entendre et d’essayer de gagner quelque chose.

Selon vous, qu’est-ce qui ne va pas ?

Le problème, ce sont les relations entre la population et la police (…) Il faut regarder des deux côtés. D’un côté, il y a les conditions socio-économiques, les quartiers enclavés, les jeunes qui sont passés dans une économie criminelle… Et puis de l’autre, il faut aussi que la police s’interroge sur son propre comportement. Les biais policiers, la discrimination policière, la question du racisme policier, même si l’expression est un peu excessive.

Mais l’attaque de Viry-Châtillon, ce sont bien des dealers qui voulaient protéger leur lieu de trafic ?

Je ne pense pas. Pourquoi des dealers attaqueraient des policiers ? C’est la meilleure façon de ruiner leur business. Si vous êtes un dealer et que vous attaquez des policiers, le lendemain votre zone de deal est couverte de CRS, la police judiciaire va mettre le paquet et trouver les auteurs, et votre deal, il est fini. C’est autre chose. Les attaques contre les policiers, elles sont motivées par la haine de la police, par une culture anti-policière. Donc il faut comprendre pourquoi.

Que faut-il faire ?

Il faudrait poser le problème sur la table : quelles sont les relations police-population en France, comment il est possible que ça arrive… Pas juste dire, ‘si on met des sanctions plus sévères, on aura réglé le problème’. Il faut s’intéresser au business-model, comment fait la police, qui en bénéficie, qui en souffre… C’est ça qu’il faut se poser comme questions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s